Toxic Affair, toujours

Publié le 27 Janvier 2016

Toxic Affair, toujours

Un jour, tu m'as regardée avec dégoût.

Qu'on m'apporte de la chair fraiche, c'est ça ?

Je te vois tel que tu es.

(in : L'hiver dans la bouche / Frédérique Clémençon, Flammarion 2016)

Métalangue (je ne sais où)

Faire le point sur ce que l'écriture de ce blog me fait. Même sans lecteurs (quoique j'ai tendu le lien au principal intéressé, qui a lu deux articles, "tu écris bien, tu devrais écrire sur autre chose", et aussi "pardonne moi de t'avoir fait tant de mal, j'ai tellement honte"), je continue ma libre expression ici. Mon gueuloir, mon défouloir. Mon portanawak. Mon lavage de linge sale en public. Mon déballage outrancier - quoique, pas de photos ni de porn, qu'est ce que j'attends).

Je me voudrais capable de "transcender les codes avec une langue chahutée : un mot qui suspend son vol, un phrasé sinueux, un parler rosse et des non-dits qui ouvrent une infinité de possibles. Et livre des histoires, sans doute."

C'est ce que M. H., rédacteur (trice) à A nous Paris écrit du langage du dramaturge Jean-Luc Lagarce. Garce je le suis un peu aussi sans doute. "Écrit au couteau, ce soliloque vertigineux... reste alors la solitude et la saveur cruelle de la souvenance..." La critique de la pièce Music hall : "mutant, blême, obsédé et obsédant, ce cabaret intimiste nous happe dans une atmosphère crépusculaire, un tissu de phrases épais comme un lourd pan de velours, dans lequel le comédien (le lecteur ? moi ?) finit pas se fondre totalement, comme effacé, englouti. Troublant et captivant".

Comme j'aimerais que soit le torrent verbal que j'impose à la toile. Prisonnière de mes rêts mentaux. Dévide un peu, pour mieux tout emmêler. Si possible aussi dans un souterrain de velours. Penser à aller voir la pièce de Lagarce au théâtre de la Reine-Blanche. Je ne suis qu'une princesse Rabiola ; allusion à la reine Fabiola, Belge et blanche mais qui n'était pas une bière - même si elle repose sous désormais, mon petit nom d'auteur pour mon autre blog, bien plus sérieux, How much time. By the way, nick name en hommage surtout à ma grand-mère l'expansive et solaire Julienne, qui régna de ses 20 ans âge de son mariage à Louis son aîné de 9 ans jusqu'à sa mort à 87 ans sur le domaine de Rabiole, Masquières, Lot-et-Garonne. Mon territoire des fées, défait.

L'art de séduire : séduire ça s'apprend, techniques de séduction efficace

Trouvé ces phrases sur le forum : "L'art de séduire : séduire ça s'apprend, techniques de séduction efficace". Tombée dessus via Google, recherche par l'expression très orientée : "CNV, PNL, c'est de la merde" ! Des sigles pour Communication Non Violente et Programmation Neuro Linguistique, tout le monde connaît ça... Soit les techniques de communication-manipulation prônées par Florence-Dragon rouge, beurk. Leur communication non violente au printemps dernier, à mon mari et elle, tu parles de l'effet non violent qu'elle a eu sur moi...

Monsieur mari aurait dû aller se rencarder sur ce forum dédié aux apprentis Casanova, il se serait peut être reconnu dans ce post, dont je reprends ci-dessous certaines phrases (tout, en fait) sur la relation du jeune homme avec "une femme assez déconcertante". Bien apparentées avec le tournez-manège de mon Claude de mari et sa Messaline restée froide sous la canicule...

Par Jupiter, que je n'aimerais pas, mais alors pas du tout, que leur "affaire" (restée platonique et non avenue - de Saint-Ouen), reprenne...

Surtout rapprochés comme ils sont sur Mappy, où on peut les trouver c'est tordant tous les deux à un jet de pierre, inscrits sous la même raison sociale "Conseil en communication d'entreprise". Je t'en ficherais, de la communication entreprise à but de niquer, moi...

en cerise sur le cake, le Témoignage du pôv malheureux :

"Bon, vous me direz que c'est surement le propre des nanas, et vous aurez très certainement raison, mais alors elle, dans le genre "je souffle le chaud et le froid", il n'y à pas mieux.
...Femme rencontrée il y à deux ans, courte histoire, ponts coupés. Elle me recontacte il y à un an. Fraîchement séparée. On remet ça. Elle se remet avec son ex ( blindé) qui lui assure un confort de vie. On continue. Elle se fiance. On continue.
...Puis, elle devient distante, bien qu'elle continue à me contacter très régulièrement. Parfois, elle à des fulgurances "Je ne devrais pas te dire ça, mais quand je te vois, je ne sais jamais trop en j'en suis après", puis redevient froide. Une chose est sûre, c'est qu'il y à toujours un truc entre nous, on se plait. Mais je fais bien gaffe à ne pas tomber dans le piège de l'OI (elle va se marier à un autre tout de même...).
On joue à se séduire, quelques baisers volés de ça et là, mais on reste sage.
Elle m'encourage à me taper d'autres nanas "Je serai jalouse, mais ça me fera les pieds".
Elle s'est mariée cet été, partie en voyage de noces, et depuis son retour, elle se montre très entreprenante. Elle m'appelle pour qu'on se rejoigne hier à l'occasion d'une course qu'elle avait à faire. Après que nous nous soyons séparés, elle vient chercher le compliment "Parfois, quand tu ne me prends pas dans tes bras comme là, je me dis que tu ne me trouves pas jolie" (Elle est canon et elle le sait...) Je la rassure.
Hier soir, échange de textos, elle me demande quand il y aura une soirée pour que je la présente à mes amis ("A moins que tu aies honte de moi", "C'est que comme tu ne m'as pas dit que j'étais jolie aujourd'hui").
Je sais qu'elle aime "faire sa nana". Je fais donc "mon mec" et la rassure.
On en vient au merdage. Elle me dit "Je pensais que tu te jetterais sur moi en sortant de - lieu de sa course - et ça m'a pertubé.".
Sur le coup, je n'ai pas su si elle voulait dire " J'ai eu peur que tu te jettes sur moi" ou bien "je n'attendais que ça".
De mon coté, je n'ai rien fait, ce n'est pas parce qu'elle va battre des cils deux minutes que je vais me jeter à ses pieds. Ce à quoi, elle répond par un pouce levé.
Ce matin, je lui envoie un petit texto pour que l'on s'organise pour un dîner ce soir, pas de réponse. J'ai voulu l’appeler tout à l'heure pour discuter (et lui dire que son comportement pouvait me décontenancer, que je ne sais pas toujours comment réagir ni quoi dire), elle n'a pas décroché.
Je souhaitais savoir si, selon vous, j'avais merdé, et si oui, comment le rattraper.
Je précise aussi que je n'attends pas grand chose de cette nana, mais qu'à chaque fois que je me dis "next", elle montre des signes manifestes d'interêt, et comme elle représente pour moi la
combinaison parfaite physique - intelligence - spiritualité, du coup, je n'ai pas envie de flinguer quelque chose non plus.
A moins qu'elle ne le sente et minaude pour me garder dans son giron, pour se rassurer et par fierté...

Rédigé par Gloubigoulba

Publié dans #infidélité émotionnelle, #the pintade

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article