Toujours et encore mal aux pieds (Un-happy Feet)

Publié le 6 Février 2013

 

 

Quand ce n'est pas le hallux valgus débutant qui me fait  me tordre de douleurs sur mes stilletoes (aussi, pourquoi avoir craqué sur des talons aiguilles dorés de chez H & M, certes en solde à 5 euros - au lieu de 29,95 !) ; je ne risque pas de les mettre avant le prochain réveillon et encore moins de danser avec mais ils sont BEAUX !!!


 Donc quand c'est pas les oignons de Sydney Bechet (en beaucoup moins dansant donc) qui me font MAL, surtout le gauche, c'est le pouce droit, le gros orteil quoi.

Réveillée la nuit par la douleur la nuit dernière, douleur lancinante dans tout l'orteil droit. Peux à peine poser le pied par terre en pleine nuit, clopine juqu'à la salle de bains, du mal à observer l'engin vu que je suis presbite en plus du reste (mais je presse peu les b... hélas). Un peu  rouge et congestionné (je parle de mon orteil). Désespérée devant tant d'infamie je me recouchai et tardai à trouver le sommeil. Le lendemain, je pus aller braver le métro, ses escaliers et ses couloirs sans mal, et ce n'est pas revenu depuis.


Mais qu'est ce que ça pouvait bien être ??? Je soupçonne une crise d'urée. Qui n'a pas Obélix a mal au pied lui aussi on dirait bien duré, mais mon petit rien (je veux dire : "rein", lapsus de la claviste) ne fonctionne pas si bien que ça depuis maintenant 50 ans. Bou hou hou, comme dirait Obélix serrant dans ses bras Idéfix. Où il est mon Idéfix, où il est ? Je suis toute seule avec mes histoires de pied que je ne prends même pas. Sauf pour observer leur forme, leur couleur et pester contre les douleurs qui vont avec.


Pour le truc de l'urée, je viens de me faire une petite analyse de la protéinurie, dite aussi "analyse des urines de 24 heures". Le résultat va tomber bientôt, l'attente n'a que trop DURÉ. Suis-je victime de la goutte ou non ? Au nez, certainement. De sueur, aussi, ce matin encore j'ai laissé tomber le pull dans ma salle de concours à la Maison des examens d'Arcueil, eh oui on sait s'amuser. Pourtant les bouffées de chaleur c'est fini tout ça ? On parle donc de mes pieds.


Et de ma petite analyse d'urine, soulagée d'avoir quasi rempli le baril gracieusement fourni par le labo. Ai dû leur rendre avec des traînées suspectes, voire humides. Un beau jaune bien foncé et odorant, les cristaux doivent foisonner. Ah petit Tom Pouce de pied, je n'ai pas envie de ravoir de tes nouvelles trop vite, fous-moi la paix. Je veux marcher et randonner tout mon saôul, à mon rythme, juqu'à mes 90 ans inclus. Me reste 40 ans à écarter mes doigts de pied en éventail et couvrir leurs ongles de vernis fluo. Pas d'ailleurs de ce vernis médical, du Locéryl, conseillé par le toubib consulté pour le vilain gros méchant pouce qui me faisait mal. Il m'a ordonné l'analyse d'urine pour vérifier la fonction rénale, une prise de sang (ai encore des traces du pansement collé, la laborantine gentille a remarqué (pas moi, je suis sourde en plus du reste) le tic-tac insistant de ma Swatch années 90 noire et orange, merci madame pour ces considérations horlogères.

 

Et donc aussi du Locéryl car j'ai un CHAMPIGNON sur le pouce du gros orteil droit, voire un panaris. C'est quand même pas ça qui me faisait un mal de chien à me réveiller la nuit ? Certes les ongles des pieds jaunis ou verdis (pouah) et épaissis, difficiles à couper, ça ne plait guère. Comment y remédier ? Trouver fissa un gentil podologue qui me prenne mon pied. Mais c'est pas remboursé ces soins à ma personne. Donc un champignon même pas au persil et à l'ail, ni même hallucinogène, qui sévit sur mon pied. Je veux qu'i disparaisse et vite. Mais le Locéryl c'est pas une baguette magique, et leur petite spatule plastique ça vaut pas un pinceau.


Bon petits pieds foutez-moi la paix, je vais vous soigner c'est promis.


 

 

Rédigé par Gloubigoulba

Publié dans #douleurs multiples et avariées

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article